Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

mercredi 29 septembre 2010

Minet..

Il s’est aventuré un jour dans le petit jardin clos des enfants. Tout doucement il s’est approché de la maison, s’est assis sur le muret qui domine la cour et a commencé à surveiller ce qui se passait dans la cuisine. Bien sûr, ce qui devait arriver…arriva et il eut bientôt un bol de lait à sa disposition. Il n’était pas farouche il ne demandait qu’un peu de compagnie et d ‘attentions. D’où venait-il ? Les jardins de la rue sont tous cernés par des murs de briques. Pour lui , ce fut un exercice facile que de les escalader. La vieille dame qui passait ses journées à sa fenêtre n’était plus là. Etait-ce son chat ?

Un jour à la fois, il a pris ses repères, s’est installé sous la glycine où il était à l’abri pour observer .Les semaines passant, il a bien fallu se rendre à l’évidence que ce minet allait rester et partager, à sa façon, la vie de la famille. Il avait bien besoin d ‘un bain mais qui allait s’y risquer ?

Bien sûr, il était sale, sans doute plein de puces mai moi, c'est viscéral, je n’ai pas résisté à son regard d’ambre et à cette attente qu’il exprimait. A défaut de lui donner un bain, j’ai emballé Minet dans un vieux drap, je me suis installée dans un fauteuil, l’ai renversé sur le dos et me suis mise à lui gratter la bedaine qu’il avait couleur miel…toute la famille est restée à l’écoute de ce ronronnement qui se répandait dans l’air , exprimant un complet nirvana à la manière d ‘un moteur bien graissé…pas besoin de micro tout le living en résonnait !

L’hiver est arrivé, pas question de le laisser dehors , alors il a eu droit à son panier. Il était arrivé à ce qu’il voulait, il était installé à demeure. Mais Minet était resté chasseur et il aimait la bagarre. Maintes fois il est revenu bien amoché. Ses plaies ne se guérissaient pas facilement, sa fourrure s’agglomérait , il n’était pas très attirant bien qu’il soit toujours en demande d’affection. On l’a soigné du mieux qu’on a pu, ma fille rendant l’âme chaque fois qu’elle devait jouer à l’infirmière. La situation ne s'améliorait pas, Minet était devenu une plaie ambulante . Et puis ,un jour,(quel âge avait-il ?) il a fallu se résoudre à écouter le vétérinaire qui ne pouvait plus rien pour ce chat qui avait du être magnifique , qui nous avait tenu compagnie un long moment et qui avait si bien su nous montrer sa reconnaissance et son amour !

1 commentaire:

  1. Une belle histoire féline, à la fin un peu triste, mais elles sont nombreuses dans ce cas...

    RépondreSupprimer

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...