Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

mardi 27 janvier 2015

Plus jamais ça !!!! 27-01-45 /27-01-2015



Photo prise sur le net

 *Pour David et Sarah,
Isy et Deborah


« Èl  moukèt  s’ luve  pus  timpe  qu’èl  djoû ! »
"L'épervier se lève toujours plus tôt que le jour"
C' djoû la…adon què l’ sint matin, an pèrdant s’ tins, scafoteut
 l’ gnût, îs-ont vènu s’raploûre, sins pont fé d’brût, tout conte dè l’s-apas èdôrmus.
Ce jour-là, alors que l'aube, en prenant son temps, secouait la nuit, ils sont venus se rassembler,sans faire de bruit, tout contre les seuils endormis.
  Rabateûs a deûs visâdjes !
Rabateurs à double visage !
  Fayéye nindje di tchins scolès pou tîjnér a z-ôfrâdjes !
Meute pourrie de chiens  dressés au carnage!
Dins l’ bacanâl dès-uchs disfoncès franc-batant…omes, feumes, èfants…noulu n’a compris ‘ne mîye a lès crîy’rîyes di cès-uchtas la, rabîyis a deuy qui fèyît crèchî l’peû èyèt l’angouche.
Dans le boucan des porte défoncées franc-battant..hommes, femmes, enfants..personne n'a rien compris aux cris de ces bourreaux , habillés de deuil qui faisait naître la peur et l'angoisse
  Ç’ djoûs la…come èl soya s’afranchisseut d’ène cwane, dès maleûreûs, fét-a-fét ravèyis pa  ’ne binde d’aradjis moûdreûs, sins moti, s’ont lèyi alignî pa rindjîyes sul pavéye  ramouyîye d’rouséye.
Ce jour-là, alors que le soleil prenait de l'assurance, des malheureux, peu à peu réveillés par une bande d'assassins enragés, sans un mot, se sont laissés aligner par rangées sur le pavé humide de rosée 
Nin ‘ne mwin qu’âreut ôsu s’tinde !
Pas une main n'aurait osé se tendre !
  Pont d’aspoye a ratinde !
Pas d'aide à attendre !
Èstoumakè, l’ruwâdje s’racrapoteut ô r’cwè !
Estomaqué, le voisinage se tenait coit !
  Ç’ djoû la…combin ç’ qu’i d’a yeû d’pôves èwarès qui sont-st-èvoyes, strindus d’anoye, sins sawè pouqwè ô djusse èy’ ayu ç’ qu’on l’s-èmwin.neut ?
Ce jour-là, combien y en-a-t-il eu de pauvres èffarés qui sont partis, pétris d'angoisse,sans savoir pourquoi au juste on les emmenait ?
  Combin ? Ène coupe di cint… ? Wit cints… ? In mile… ?
Combien? Deux cent ? Huit cents? Mille?
  Dès-omes dins l’ fôce di leû n’âdje, dès bias gayârds plins d’acèrtinance, dès vîs stos, dès vîyès nènes, dès djon.nes mwin.nâdjes, dès bèlès feumes rondes di prom’tance, dès catchots, dès croléyes as risètes, dès p’tits tchots al fachète…dès léds, dès bias, dès sètchs, dès cras…dès-omes, dès feumes, dès-èfants…dès parèys a nos-ôtes, DES VIKANTS !
Des hommes dans la force de l'âge, de beaux gaillards pleins d'assurance, des vieux, des vieilles , des jeunes couples, des belles femmes rondes de promesse, des bambins, des fillettes("bouclées" ) souriantes, des bébés dans leurs langes, des laids, des beaux, des maigres, des gros,..des hommes, des femmes, des enfants, des pareils à nous..DES VIVANTS!
  DES-INOCINTS !
DES INNOCENTS !
Dès-inocints tènus adins pa dès boûrias d’premiêre lècsion qui l’s-avît a dèsdin !
Des innocents à la merci de maîtres-bourreaux  qui les méprisaient!
Dès cints, dès miles…dès-inocints !
des centaines, des milliers..des innocents !
  A qwè ç’ qu’is-ont pinsè quand on l’s-a trin.nè t’ô long dès longuès rûwes dèl vile moyate di sésich’mint ? Èyèt durant lès longues èt mwètès-eûres di trin-ègayolâdje, a qué vwèyâdje ont-îs sondji, dins qués sond’jances s’ont-îs noyis ? Aclapès yun conte di l’ôte, sèrès, racassèrès, toûr a toûr astampès, asglignis, aflachis sul plantchi ambèrnè.Pont d’abwêre. Pont d’érâdje. Suweû, pichate èyèt r’nôdâdjes.
A quoi ont-ils pensé quand on les a traînés tout au long des longues rues muettes de saisissement? Et durant les longues et moites heures de train-prison, à quel voyage ont-ils songé, dans quelles pensées se sont-ils noyés ? Collés les uns contre les autres, compressés, tout-à-tour debout, agenouillés, effondrés sur le plancher souillé ! Pas d'air! Sueur, pisse et vômi!
  Dès-omes, dès feumes, dès-èfants, dès pareys a nos-ôtes, dès djins r’mètus as bièsses…ène èstôléye ètîre prom’tûwe a l’abatwêr’ !
Des hommes, des femmes, des enfants, des pareils à nous, des humains mis au rang des bêtes..une étable entière promise à l'abattoir!
  Èt quand lès-uchs di fiêr, al fin,s’ont adrouvu…abayi s’îs-ont sintu dins l’ér èl puwante alène di l’infiêr a v’nu ?
Et quand les portes de fer, enfin, se sont ouvertes...je me demande s'ils ont senti dans l'air la puante haleine de l'enfer à venir?
  Baraqu’mints…, bârbèlès…, omes…, feumes…, èfants dismâriyès, rasès,rabiyis a goubîyes, abind’lès chûvant l’ dondène dès r’lôneûs d’samwène…in troupia d’ »Rèlîs » yôrdis pa lès ratchons d’leûs yèrdis…dès pitcheûs sins pupont d’ no, dès limèros a disfacér tous sès pus râde su l’nwêr tablô dèl Vîye.
Baraquements..bârbelés..hommes..femmes..enfants démariés (séparés), habillés de guenilles, rassemblés selon l'humeur des "punisseurs" de la semaine...un troupeau d'Elus" salis par les crachats de leurs bergers...des "pitieux" sans plus de nom, des numéros a effacer au plus vite sur le  tableau noir de la Vie!
  Baraqu’mints…bârbèlès …plouve…nîve …soya.
Braquements..barbelés...pluie..neige...soleil
Pwin d’agace, brouîye eûwe , cabouléye pou dès-omes, dès feumes, dès-èfants ravalès a pourchas.
Pain sec, eau brouillée.."nourriture" ( pour des animaux de ferme)...pour des hommes, des femmes, des enfants traités comme des cochons!
  Comint ç’ qu’on fét pou vikî, a mitan môrt, toufêr’ raguigni pôs-îs moukèts dès fusiks ? Comint ç’ qu’on fét pou tènu bon quand on z-a du plomzak  a l’invîye,su s’casaque èt qu’al coupète di ç’ transe la on z’èst co dismougni pas lès pûs, trawè pa lès bwagnes clôs, èplôki pa toutes lès cougnes di man.nèstès qu’on-a, nos-ôtes, bin du mô a z-imaginér ?
Comment fait-on pour vivre, mort à moitié, sans cesse épié par le regard d'aigle des fusils? Comment fait-on pour tenir bon quand on reçoit des coups à l'envie sur la casaque et que , en plus de ce malheur là, on est encore démangé par les poux, troués par les furoncles, démangés par toutes sortes de saletés que nous avons, nous, bien du mal d'imaginer?
  Comint ç’ qu’on fét  pou d’meurér in-ome quand on z’est d’vènu mwins qui rin, ène cougne di plomion pièrdu dins ‘ne contrèmasse èt qu’on mârgougne a toute ècrasse ?
Comment fait-on pour rester un homme quand on est d evenu moins que rien, une espèce de flocon perdu dans la masse et que l'on maltraite autant qu'on peut!
  Comint ç’ qu’on fét  pou n’ nin crèvér su place quand on z’èst ‘ne feume èt qu’on dwèt chèrvu lès cruwèlès-invîyes d’ène pèkéye di boutchîs qu’ont vos tinrès tchôs a maniyance ?
Comment fait-on pour ne pas "crever" sur place quand on est une femme et que l'on doit servir les envies cruelles d'une bande de bouchers qui s'approprient vos tendres chairs !
Comint ç’ qu’on fét  pou wârdér ène spite d’inocince quand on z’èst in-èfant, in-èspwêr coudu a crèchance èt qu’on n’pèse nin min.me èl pwèds d’in foûch’mint intrè lès crons dwèts dès fôtcheûs ?
Comment fait-on pour garder un peu d'innocence quand on est un enfant, un espoir cueilli en pleine croissance et que l'on ne pèse même pas le poids d'une fétu entre les doigts crochus des faucheurs???
COMINT Ç’ QU’ON FET ?
COMMENT  FAIT-ON???
Quand on z-a s’boudène qui groûle di fwin èt qu’on s’mougn’reut yun l’ôte pou in agnon d’pwin ?
Quand on a le ventre qui gronde de faim et que l'on se mangerait l'un l'autre pour une bouchée de pain??
  COMINT Ç’ QU’ON fét  ?
COMMENT FAIT-ON?
  Quand on z-a l’ gâye a craya èt qu’i gn-a pus nin in-avalon qui clérîye ô fin fond du saya ?
Quand on a la gorge  recuite et qu'il n'y a même plus une gorgée d'eau qui brille tout au fond du seau???
  Comint ç’ qu’on fét  quand l’ brèyou sûne, quand l’ chou d’ no mame nos-èmacrâle quand, rapètachant sès pléjis èl tchô pîle èt pèye après sès vèyus vol’tî ,
Comment fait-on quand le chagrin suinte, quand le giron de notre mère nous ensorcèle quand, se souvenant de ses plaisirs ,la chair pleure et gémit après ses amours???
  COMINT Ç’ QU’ON FÉT ?
COMMENT FAIT-ON?
  Comint ç’ qu’on fét  pou n’ nin toûrnér a sot quand, ècrolè dins l’s-aclapantès broûs du désèspwêr, on sint qu’èl gnût va tchér’ avou in brût d’ linçoû ?
Comment fait-on pour ne pas devenir fou quand, prisonnier des les boues collantes du désespoir, on pressent que la nuit va tomber avec un bruit de linceul ?
  Comint ç’ qu’îs-ont fét pou tènu bon lès cins qu’on z’a r’trouvès…dès-antomîyes, dès skènes moûdrîyes a l’invîye, prèsses a skètér, dès pias bîléyes, cousturéyes, âpéyes pô feu d’ leû misér’rîye, dès môrts-vikants…chôrdès, crapès, disbârtès pa l’ souv’ni dès djins d’ leûs djins…scôrcis pou l’ biatè du salon dès madames, èpwèsonès pou l’ pléji, gâsès oudoubin cûts a cindes !
Comment ont-ils fait pour tenir bon ceux que l'on a retrouvés..des squelettes, des échines torturées à l'envie, prêtes à se briser, des peaux gercées, couturées, brûlées par le feu de leurs misères, des morts- vivants...édentés,  déboussolés par le souvenirs des leurs..écorchés pour la beauté du salon des "Madame"*, empoisonnés pour le plaisir, gazés ou réduits en cendres !
Dès-omes, dès feumes, dès-èfants, dès vikants, dès parèys a nos-ôtes, dès-inocints qu’ont passè mârtîre…dès miles èt dès miles, combin ?
Des hommes, des femmes,des enfants, des vivants, des pareils à nous, des innocents qui ont vécu le martyr..des milliers et des milliers, combien?
Dès cins qu’i gn-a voûrît nos fé acrwére què tout çoula ça n’èst què dèl pètite istwêre ; qu’i gn-a nin d’qwè criyî Barabas’ avou lès miradôrs èyèt lès crématwêres…
Certains voudraient nous faire croire que tout cela " ce n'est que de la petite histoire"...qu'il n'y a pas de quoi crier "Barabas"...à cause des miaradors et des fours crématoires
  Lès cins qu’ont scapès a «  ç’ pètite-istwêre-la » crîy’nut toufêr’ ô moûde. Lès djins d’leûs djins, sins lachî, racont’nut èt racont’ront l’ barbarîye ; lès-omes, lès feumes, lès-èfants ramonç’lès dins lès coul’wêrs di l’infiêr’ ; lès feuméyes rat’chîyes  pô tchèminéyes…lès cindes dispôrdûwes a malvô, èt dins lès parcs a prijonîs…lès trôs, lès bègnons d’antomîyes, lès soçons-bèrnatîs disbârtès pô brût dès môrts èr’vièrsis, trèmèlès pou toudis dins l’ bougnou…dès cints, dès miles…dès-inocints !
Ceux qui ont survécus à "cette petite histoire là "crient sans cesse : Attention!! Les gens de leurs gens, sans lâcher, racontent et raconteront la barbarie: les hommes, les femmes, les enfants ammoncellés dans les couloirs de l'enfer; les fumées crachées par les cheminées..les cendres répandues n'importe comment et..dans les parcs à prisonniers..les trous, les tombereaux pleins de cadavres, les amis-éboueurs rendus fous par le bruit des morts versés, entremêlés pour toujours dans la fosse..des centaines, des milliers..des innocents !
  L’eûre d’ôdjoûrdu, l’ érâdje ès’ règrigne…
A l'heure d 'aujourd'hui, l'air se rembrunit!
  L’istwêre uke nos mémwêres a disgouviène.
L'histoire hèle nos mémoires autant qu'elle le peut!
  C’è-st-a nos-ôtes èl toûr di d’meurér bin d’assène, al choûte dès brûts qui clatch’nut dins l’ pôjèrté d’ no vikérîye.
C'est à nous de rester sûrs de nous, à l'écoute des bruits qui claque dans la paix de notre existence!
Ène zine di bounass’rîye èy’on s’èrtrouv’reut co râde dins l’ froûs …pa ç’ qu’ èl’ moukèt, li, ès’ luve toudis pus timpe qu’èl djoû !
Un peu de laisser-aller ...et nous nous retrouverions bien vite dans la lie car l'épervier, lui, se lève toujours plus tôt que le jour!
  La traduction littérale ne sert pas vraiment  l'atmosphère du texte... le wallon grâce aux images suggérées lui donne plus de densité 
Mais l'important n'est-il pas d'entretenir la mémoire collective par tous les moyens?
Danielle Trempont

texte extrait de " Ene mîye di mi"