Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

lundi 20 octobre 2014

Passionnément...




"""Fleur de la passion, fruit de la passion, grenadille, maracuya, selon que l'on parle de la fleur ou du fruit de cette plante grimpante, la passiflore a suscité, c'est le cas de le dire, une véritable passion chez les jardiniers et les conservateurs d'espèces botaniques. Pourquoi? Parce que, d'une part, c'est une fabuleuse plante aux nombreuses espèces tout aussi spectaculaires les unes que les autres et, d'autre part, étant pour la plupart originaires de la forêt humide de l'Amérique du Sud, plusieurs de ces espèces sont menacées de disparition à cause de la déforestation à grande échelle qu'on y pratique.
Dans les années 1990, on a même créé une société internationale de la passiflore et plusieurs chapitres nationaux existent aujourd'hui de par le monde.
À ce jour, on a répertorié plus de 400 espèces, provenant à 95 % de l'Amérique du Sud. Quelques rares espèces proviennent d'Asie, d'Australie et d'Amérique du Nord, la Passiflora incarnata, notamment, dont il est question ici, et qui est originaire des États-Unis. Elle se différencie de toutes les autres espèces par le fait qu'elle est décidue (elle perd ses feuilles à la saison froide) et qu'elle peut survivre aux froids de l'hiver, relativement tout de même. L'Arctique, « ce n'est pas sa tasse de thé »."""




Le nom de « passiflore » vient de ce que la fleur est supposée rappeler la Passion du Christ. Les filaments au centre sont censés représenter la couronne d'épines, d'autant plus qu'ils seraient au nombre de 72, précisément le nombre d'épines, à ce qu'il paraît, qui ornaient la couronne du Christ. De son côté, avec ses trois styles, le pistil représenterait les trois clous utilisés pour sa crucifixion tandis que les cinq étamines teintées de rouge à la base symboliseraient les cinq plaies. Enfin, la feuille à la pointe aiguë représenterait la lance et sa face inférieure, marquée de taches rondes foncées, les 30 pièces d'argent que le perfide Judas reçut pour avoir trahi son maître.
On attribue cette légende ainsi que l'origine du nom de la plante, à Jacomo Bosio, moine scolastique italien qui, en 1609, alors qu'il piochait dur, mais sans grands résultats, sur son traité consacré à la croix et au calvaire du Christ, eut la chance inouïe de rencontrer Emmanuel de Villegas, moine mexicain en voyage à Rome qui avait en sa possession des illustrations d'une fabuleuse fleur, alors parfaitement inconnue en Europe.
D'abord sceptique quant à l'existence d'une telle merveille, Jacomo Bosio dut se rendre à l'évidence, car d'autres personnes ayant voyagé dans ce qu'on appelait encore à l'époque la nouvelle Espagne, confirmèrent les dires du moine mexicain. Absolument ravi, le moine érudit trouva là l'occasion unique non seulement d'enjoliver son traité et, par là, de lui donner un petit coup de pouce publicitaire, mais également d'apporter la preuve absolue de l'existence du Christ et de sa Passion, car Dieu son Père n'avait-il pas justement mis volontairement sur le chemin de l'Homo désespérément incredulus cette fabuleuse fleur arborant les symboles du calvaire réunis?
La foi du moine a de quoi édifier parce que, pour nous simples mortels encore attachés aux plaisirs de ce monde, la fleur de la plante rappelle tout sauf la Passion du Christ. Avec ses organes de reproduction démesurés qu'elle expose sans la moindre pudeur et le parfum capiteux qu'elle dégage, on tomberait plutôt ici dans le domaine de la passion humaine.




Dans le sud, les Amérindiens se servaient des feuilles en cataplasmes pour soigner les blessures et les ecchymoses.
Quant au jus du fruit, ils s'en servaient pour soigner les douleurs oculaires. Les feuilles broyées avaient la réputation de soulager les hémorroïdes, les brûlures et les éruptions cutanées.
Absente de plusieurs traités traditionnels de matière médicale, la passiflore est restée relativement peu connue malgré ses propriétés sédatives et calmantes bien réelles et son innocuité pour la majorité des gens. À cet égard, on connaît beaucoup mieux la valériane et le houblon, qu'elle accompagne pourtant fréquemment dans les préparations d'herboristerie. Utile contre l'insomnie, les états nerveux (angoisse, hystérie, palpitations), la neurasthénie, l'excitation cérébrale, voire l'épilepsie, elle a également servi à soigner les troubles de la ménopause. Antispasmodique et anodine, elle soulage les névralgies et l'asthme spasmodique.
La passiflore a tout de même fait l'objet de quelques études récentes; ses propriétés anxiolytiques semblent sur la voie d'être confirmées. Elle serait notamment utile pour soigner l'extrême anxiété causée par le sevrage du cannabis, des opiacées ou de l'alcool. On croit aussi qu'elle peut soigner l'azoospermie, c'est-à-dire l'absence de spermatozoïdes dans le sperme, ainsi que la stérilité et la baisse de libido dont souffrent bien souvent les grands consommateurs d'alcool ou les fumeurs invétérés...
Enfin, la passiflore aurait récemment montré des propriétés antitussives qui confirmeraient son usage traditionnel dans l'asthme.
On la prend sous la forme d'une infusion des feuilles à raison d'une cuillerée à dessert par tasse d'eau bouillante, à infuser dix minutes. Prendre deux ou trois tasses par jour entre les repas, dont une au coucher. Les fleurs sont également efficaces, mais comme elles sont plus rares, on se contente généralement des feuilles. À noter que si vous ramassez les fleurs sur vos plants, vous n'aurez pas de fruits. Désolée, c'est comme ça!





Belle semaine!




Source du texte  (clic)

8 commentaires:

  1. Coucou Danielle,
    La mienne, de Passiflora caerulea (on devrait dire plutôt coerulea), qui ressemble à s'y méprendre à celle représentée en photo dans ton billet, a encore plein de fleurs (rares, du dis ??? C'est une vraie usine à fleurs !) au milieu de ses fruits de toutes les couleurs. Malheureusement, ceux-ci sont sans intérêt. J'avais cru acheter une Passiflora edulis, celle qui donne les fameux fruits de la passion délicieusement parfumés qu'on mange en sorbet ou autres desserts... Comme tu le dis, le nombre d'espèces fait qu'il est difficile de les distinguer à l'achat, quand en outre les mauvais étiquetages nous trompent ! Je n'ai jamais essayé les infusions car je sais que certaines espèces ne sont pas forcément très bonnes pour la santé, qu'en tout cas, il vaut mieux bien en connaître les propriétés avant de se lancer dans leur consommation ! Une chose est sûre : c'est une plante liane qui peut atteindre, en trois ans, des tailles impressionnantes : la mienne, plantée pour cacher un grillage à poules très laid, atteint plus de dix mètres de chaque côté de son pied et s'étale jusqu'au milieu de la rue quand j'oublie de la tailler ! Elle se ressème tellement facilement que je ne crois pas qu'elle soit en voie de disparition, j'en ai des bébés toute l'année. C'est vrai que c'est une fleur extraordinaire par la régularité géométrique de ses éléments, de toutes le formes... Personnellement, je trouve qu'elle évoque un peu la couronne du Christ sur la croix... Mais c'est très subjectif ! Merci pour ce "documentaire" sur cette fleur que j'adore !
    Bonne semaine à toi et à Mlle Lili !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon colibri joli je suis bien heureuse de te lire, j'aime beaucoup ton bavardage...chaque mot est un plaisir car tu me sembles vivre aujourd'hui un peu retiré " du monde" ; ceci écrit, cette jolie plantes 'épanouit dans le petit jardin de ma fille laquelle ne cueille pas les fleurs mais elle ne me parle pas de fruits pour autant. J'aime bien les fruits mais la fleur m'émerveille chaque fois. lorsque je suis arrivée dans cette maison que j'occupe depuis, euh...presque un demi-siècle, quelques plantes traditionnelles étaient encore en vie: hortensias bleus ( grâce aux clous enfouis de la forge défunte), lupins, forsythias, quelques épis de blé , pour surprise au premier été. A cette époque les jardinerie de proposaient pas encore de plantes "exotiques", alors pour camoufler l'ancien " lieu d 'aisance( LOL)nous avons planté une vigne vierge qui a bien prospéré avant de se faire un peu étouffer par le lierre échappé du jardin du curé, notre voisin. Si j'avais planté une passiflore, elle serait magnifique aujourd'hui.. pour cette année, le jardinier et passé, il a taillé les rosiers et planté une bonne centaine de bulbes, vivement le printemps pour découvrir la floraison. Cette fois, l'automne pluvieux est là, ..il pleut à verse. Mais bonne semaine quand même à toi et à tes jolis matous.Qu'advient-il donc de Joli-Coeur?

      Supprimer
    2. Joli-cœur, Joli-cœur... Tout un poème et beaucoup d'interrogations, accentuées par le fait que j'ai un nouveau projet... de déménagement, alors que mes valises du dernier ne sont pas encore toutes ouvertes !!! Oui, je vis un peu "retirée du monde" des blogs, alors que j'aimerais bien avoir le temps de reprendre mes bavardages, avec toi qui me supporte si bien, et avec tous ceux qui les supportaient presque bien, hi ! Chipie vous racontera nos nouveaux projets qui la rendent dingue, alors qu'elle adore cette nouvelle maison et son environnement, elle passe beaucoup de temps à l'extérieur et ne se gêne pas pour rentrer trempée comme une soupe, avec Bobonne prête à l'essuyer ! Bises.

      Supprimer
  2. Bonsoir Danielle,
    En Grèce cette plante s'appelle aussi passiflore mais pour la fleur c'est souvent l'appelation de "horloge" qui est retenue. Elle est ici aussi très commune et prend ses aises.
    Je vais essayer de trouver de la passiflore en herboristerie car je n'ai pas envie de prerndre des gélules même si elles parlent elles aussi de passiflore et de valériane.
    J'aimerais bien que les tisanes me rendent super...cool!
    Merci pour ces belles photos!
    Je t'embrasse et te souhaite une bonne semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ne pas prendre des gélules?Enfin, moi je les préférerais aux tisanes.C'est curieux cette appellation " horloge".Pour sa forme arrondie? Quoi qu'il en soit, je trouve que cette fleur est magnifique.
      Sois cool Marie-Paule, profite bien de la vie. Je t'embrasse , bonne fin de semaine.

      Supprimer
  3. Sincèrement et sans mauvais jeu de mots, ton billet est passionnant car en dehors du fruit et de la fleur, le reste m'était totalement inconnu. La légende en rappel à la passion du Christ et ses belles vertus en font une plante intéressante.
    Toujours un plaisir de venir se cultiver (sans jeu de mot non plus) chez toi.
    Gros bisous Danielle.
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincèrement (LOL) je n'ai rien inventé, merci Google.En fait, moi-même , j'ignorais toutes les vertus de cette belle plante.Maintenant, je sais....belle fin de semaine à toi.A présent, je crois qu'ici l'été est vraiment parti.Il pleut et Melle Lili va encore rentrer trempée.BISES à vous deux.

      Supprimer
  4. Je vais me compliquer un peu les choses mais je fais faire des tisanes de passiflore plutôt que de prendre des gélules. J'ai trouvé aujourd'hui de la passiflore au..kilo! Pour l'instant je n'en ai acheté que 100g car si cela a trop mauvais goût, j'en viendrai peut-être aux gélules! J'espère enfin pouvoir dormir comme un ange!
    Je t'embrasse chère Danielle!
    Bonne soirée!

    RépondreSupprimer

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...