Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

mercredi 22 mai 2013

Z'ême pas l' zône !




En admirant tous ces champs qui illuminent la grisaille ambiante , un souvenir particulier me revient en mémoire.


1958/59
Mes parents vivent dans un poste de brousse : une dizaine d'agents du chemin de fer, deux magasins pour les autochtones, un couvent avec trois religieuses, un petit hôpital, une cité indigène.


Madame Diamantaras ( j'ai oublié son nom mais on dira  que...) a prévenu ma mère qu'elle a reçu quelques métrages  de coton susceptibles de l'intéresser. Ma mère me l'a écrit.Quelques semaines plus tard je reçois un colis dans lequel je trouve à côté des  douceurs-maison,et deux nouvelles robes qu'elle a confectionnées .

Une d'un rouge chaud  parsemé de grosses pastilles blanches .Coupe près du corps  terminée par un large volant à la mode espagnole, je l'adopte aussitôt!

Et une jaune pissenlit( ou presque)  avec des rayures blanches.le modèle et la coupe sont parfaits mais la couleur...:-( !!!Je sais déjà qu'elle va rester dans l'armoire parce que la couleur ne me plaît pas!Les copines sont là, qui attendent  comme chaque fois qu'un colis parvient à l'une d'entre nous: " Elles sont belles ! Dis donc tu pourras les mettre pour sortir ", comme si je sortais souvent :-() !
 Et  "Mère W." , qui aime participer au plaisir de ses ouailles, de surenchérir:' Tu as de la chance, Danielle, ta maman   te gâte, et pourtant tu sais que la vie n'est pas facile pour elle ,etc..." J'en aurais mauvaise conscience, tiens!

C'est vrai que ma mère fait beaucoup pour moi et je sais ce que cet envoi lui aura coûté de temps et d'argent. Mais c'est plus fort que moi, le jaune, je n'aime pas !Et moins encore celui-là!

C'est alors que je remarque qu'une de mes copines est vraiment séduite par cette robe .Elle l'examine , la place devant elle,se regarde dans la glace !La proposition fuse tout  naturellement.:"Si tu veux, si elle te va, je te la prête.Tu la portes jusqu'aux vacances de Pâques !Tu me la rends.Au retour, je te la rends..tu me la rends définitivement fin juin":-) "Et ce fut ainsi que la robe jaune prit du service pour le plaisir d'une amie qui avait ""moins de chance que moi ""mais qui me prêta , à loisir , sa collection de 45 tours.:-).Prêtant, prêtant quoi!
 Bien sûr, j' ai écrit à ma mère pour la remercier et lui dire mon plaisir d'avoir deux nouvelles robes à porter le samedi et le dimanche après-midi quand l'uniforme n'était pas obligatoire.Avec ma copine, nous avons fait de notre genre jusqu'à la fin du troisième trimestre  de notre quatrième latine ,jusqu'à ce que je doive faire mes bagages, vider ma chambre définitivement et dire adieu à ma vie de pensionnaire parce nous étions en juin 1959...le congé en Belgique était programmé...et que 1960 s'agitait déjà en coulisses.

De retour  à la maison, en défaisant ma malle, ma mère constata avec plaisir que les deux robes avaient été portées.Toutefois, je cherchais une excuse pour ne pas devoir porter la jaune durant les vacances.Je n'eus pas à chercher longtemps, une semaine après mon retour at home, j'étais moi même jaune pissenlit et ma mère eut autre chose à penser...ma jaunisse, les bagages à préparer et tout le saint- frusquin!

Après, il y eut mon premier voyage  avec accès à la salle à manger des adultes qui fut aussi mon dernier voyage sur un paquebot, ma dernière escale à Ténérife...

Les vrais moments difficiles m'attendaient et  il n'y eut plus jamais de robe jaune au programme !!Parce que j'aime pas le jaune!

*Madame Diamantaras...j'ai choisi ce nom parce que ,en  brousse, les magasins pour les indigènes étaient souvent tenus par des familles grecques.La population locale  y trouvait un peu de tout pour autant que ce soit non périssable.Sous les toits en tôles ondulées, il y faisait souvent étouffant et l'odeur de la farine de manioc et des morues séchées pendues  au plafond investissait vos narines immédiate ment et pour longtemps .D'ailleurs rien que d'y penser...Installés à l'ombre d 'un manguier ou d 'un palmier, un ou " deux tailleurs  confectionnait " capitula"( shorts) ou chemises pour les hommes,ou des corsages pour les mwanamoukes. J'aimais bien les regarder pédaler à toute vitesse sur leur machine à coudre.

Pour rappel, mes parents vivaient en brousse, là, où mon père était désigné .En 58/59 ils se trouvaient à Mutshatsha, dernière gare importante  avant Dilolo, à la frontière angolaise.




Moi, j'étais en pension, en ville,( Jadotville-Likasi)  à  des centaines de kilomètres.Ce qui me valait de longs voyages en train...départ tôt le matin pour arriver chez moi dans la nuit, seule dans un compartiment,( rien à voir avec nos voyages actuels) ..mon père me récupérait à la gare, une route à traverser, un seuil à franchir...un lit sur lequel m'affaler...une fois par trimestre, bien sûr!

 Au fait, pourquoi tout ceci, ah, oui..



Passez, quoi qu'il en soit, une belle semaine!

8 commentaires:

  1. De l'utilité d'une jaunisse...
    Moi non plus, je n'aime pas le jaune pour les vêtements, d’ailleurs je l'utilise très peu en peinture, mon pot de pigments jaunes est intact !
    En revanche, il a son charme dans la nature.
    Je t'embrasse, Danielle, je te souhaite une belle journée toute bleue.

    RépondreSupprimer
  2. Et ben moi, z'ême beaucoup l'zône.
    Heu peut-être pas tout jaune pour les habits mais, un peu.
    Le bleu, le jaune et un touche d'orange, voilà mon tiercé gagnant dans l'ordre.
    Cette histoire nous fait connaître une autre vie, celle des années 50/60 dans ces lointains pays. La vie n'y était pas toujours si facile loin de son pays mais elle y était simple.
    Merci pour ce petit bout d'histoire.
    Gros bisous et belle journée.

    RépondreSupprimer
  3. Comment on peut, à partir d'une simple remarque, j'aime pas le jaune, faire revivre des souvenirs, raconter une enfance, rendre un passé présent et le partager : c'est passionnant pour nous, et sans doute très doux pour toi !! Car, l'un dans l'autre, ce sont des souvenirs tellement heureux...

    RépondreSupprimer
  4. moi aussi pas de jaune dans les vetements mais il me plait dans la campagne les fleurs du tarassaco et du turnesol... mais le jeune a fait revenir de très beaux suvenirs

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour tous ces souvenirs, mêlés, démêlés, si bien racontés!
    Les premières fleurs de l'année sont toutes jaunes ici, mais loin de moi l'idée de te convaincre de jouer dame printemps!

    RépondreSupprimer
  6. Danielle tes souvenirs d'enfance m'étonnent et me passionnent toujours autant. Tu pourrais en faire un roman et ça serait un "roman d'aventure" unique.

    À ta défense, le jaune est difficile à porter pour beaucoup de gens, ça nous fait un drôle de teint.

    Bonne journée.
    Linda

    RépondreSupprimer
  7. Tu as bien le droit de ne pas aimer le jaune. J'en ai porté une fois dans ma vie, il y a 20 ans de cela, un tailleur jaune citron. Impossible de l'oublier car c'est avec lui que j'ai posé pour une photo de service. On ne voit que moi au milieu de mes collègues, en plus bien au centre car j'étais "la chef". Puis la photo a été agrandie, encadrée et placée au-dessus du photocopieur du service ! Jusqu'à notre déménagement de bureau en octobre dernier. J'ai bien pu en profiter de mon tailleur jaune...et de ma mutation physique générale.
    Plus de jaune depuis sur moi!
    Le récit de ta vie est passionnant. Tu as vraiment vécu des choses hors du commun.
    Grosses bises Danielle

    RépondreSupprimer
  8. Le jaune fait remonter des souvenirs tout là-bas en Afrique pour notre grand plaisir et le tien, je pense !!!
    Encore une jolie page!
    A bientôt
    Bises

    RépondreSupprimer

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...