Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

samedi 22 décembre 2012

Devant la cheminée..




Autrefois , toute la famille se réunissait devant la cheminée, pour la veillée de Noël. Les enfants chantaient des refrains de Noël , écoutaient les histoires racontées par les grands-parents , tout en regardant la bûche qui brûlait dans la cheminée.Mes parents vivaient avec les grands-parents, j'ai eu la chance de connaître ce genre de veillée si ce n'est qu' à défaut de cheminée, nous étions tous réunis autour du pot bien rouge du poêle crapaud.Nous écoutions la radio et attendions le" Minuit, Chrétiens" avant de monter nous coucher..dans le froid.
***
A Noël, la coutume voulait qu'on fasse brûler une bûche, si grosse qu'on lui laissait parfois ses racines.On la mettait au feu en récitant des prières et en la regardant brûler on pouvait faire des prédictions sur le nombre de poulets qui allaient naître ou sur les mariages qui auraient lieu durant l'année  et ce selon le nombre d'étincelles qu'elle produisait. 
 ***
On laissait généralement la bûche se consumer pendant trois jours, 6 jours jusqu'au Nouvel An, ou 12 jours jusqu'à l'Epiphanie .On gardait ensuite précieusement les cendres auxquelles on attribuait bien des vertus: elles préservaient la maison des maladies, de la foudre;elles éloignaient les renards, faisaient fructifier les récoltes.

***
Avec le temps, les maisons se sont modernisées et aujourd'hui c'est quasi un privilège de disposer d'un feu ouvert. Je n'ai pas eu cette chance alors comme beaucoup d'entre vous, je me vengerai sur la bûche..gâteau!
Une bûche toute simple comme ma mère savait la préparer, avec de bons produits et de la patience pour la garniture  maison.Il faut dire qu'elle avait la main...dans les années 50, elle avait travaillé dans une boulangerie-pâtisserie de Lubumbashi( Elisabethville de l'époque) et je me souviens très bien de l'atelier.J'avais le droit d'aller m'y régaler au retour de l'école.Les patrons étaient généreux.J'ai toujours aimé engloutir les ""déchets.""..vous savez ces petits morceaux de pâtes que l'on découpe pour donner la forme au gâteau et que l'on n'hésite pas à tartiner de crème au beurre...c'est quand même inutile d 'en laisser dans la poche à douille, elle ne garderait pas!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Photo du net.
  On y est presque ...


 Pour se souvenir.(clic)


4 commentaires:


  1. la bûche de nÖEL de ma maman !

    quel souvenir ! quel bonheur !

    RépondreSupprimer
  2. C'est toujours un bonheur de lire tes billets Danielle.
    Si ça peut te consoler, la cheminée c'est un vrai plaisir mais c'est aussi un peu une corvée. Tu te vois avec ton tas de bois?
    La photo de ta bannière est superbe et la coquille bien appétissante. J'aime autant que la bûche.
    Gros bisous et belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, Mireille, les cendres ..tout un programme...une corvée, en effet! Quant à la" coquille" oui c'est bien ce nom qu'on lui donne en Picardie...chez nous en Wallonie, ce sont des cougnols ou cougnous. Mais c'est aussi bon!
      Belle fin de journée....dans quelques minutes..il y aura la lagune de Venise à la télé....ça va nous changer du déluge.BISES !!!!!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
  3. je ne connais pas le menu de noel (mon fils malgré le corset à chassé tout le monde de la cuisine sauf Muezza Muni et Matisse, et les courses sont asseignées à mon mari), mais nous avons la cheminée
    joyeux noel!

    RépondreSupprimer

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...