Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

dimanche 17 juillet 2011

Vive la rentrée....et oui!

Dimanche matin. Entre gris nuages et  légères éclaircies, il pleut…à verse. L’humeur est au diapason .Il fait froid, je sors du placard mon très gros pull et mes chaussettes ; moi, quand j’ai froid, je ne suis bonne à rien. Heureusement ,hier,  les filles, bien qu’en appétit, nous ont laissé de quoi dîner ce midi .De vous à moi, j’avoue que j’avais cuit dans cette perspective deux poulets des Landes bien dodus , des tomates, des champignons et des « patates «  en quantité.

Ce midi, pas de grands préparatifs donc, je peux me préparer un kawa bien chaud et bien corsé et passer en revue les publicités hebdomadaires en attendant le retour du grand chef .Bien installée, je me prépare à passer un moment très relax quand là, en première page, c’est l’horreur : « Vive la rentrée ! » J’en avale de travers…mais c’est pas possible, ils sont fous ! Je râlais déjà quand ces pubs nous étaient distribuées début août mais là, 15 juillet …cela dépasse mes bornes. 
Déjà qu’il a fallu  se persuader que les vacances étaient bien là, que l’on pouvait  décompresser, se laisser aller, profiter de nos journées et de nos nuits comme nous l’entendions le mieux , déjà qu’il nous a bien fallu  quinze jours pour penser arriver au résultat escompté et bang, voilà tous nos efforts réduis à néant : Vive la rentrée , clament les réclames ! Entre le charolais en promotion et les rouleaux de papiers de ménage « en tous genres », trois pages de cartables…de quoi combler les petites princesses et les pirates en devenir. Tu parles ! 

Et puisque nous causons  cartable. De mon temps et du vôtre d’ailleurs, ( oui je sais cela fait vieux jeu mais quand même) , de mon temps, disais-je donc , un cartable c’était résistant, cela prenait son temps pour vieillir , ça résistait aux chutes, aux chocs, ça protégeait nos trésors scolaires et autres. Un cartable cela faisait partie de notre vie durant des années, six , au moins. Car pour l’entrée en secondaire, on avait droit à du neuf, à un modèle plus racé à la hauteur de toutes les espérances parentales quoi!


Aujourd’hui c’est le règne des marques ( elles n’ont jamais eu cours chez nous) des fantaisies qui ne tiennent que le temps…d’une fantaisie justement ! Les enfants sont chargés comme des «  baudets », les sacs se laissent aller , les coutures craquent…c’est la Bérézina avant la fin de l’année scolaire. Au moment de la rentrée, un nouvel achat s’impose qu’il faudra négocier avec nos Einstein en herbe. Que de palabre au rayon fournitures scolaires…

Ouf ! Chez nous, et j’espère que c ‘est grâce aux principes que nous a avons essayé de leur inculquer, les filles continuent de se montrer raisonnables dans leurs achats, et nos petites-filles savent que papa et maman décideront, si nécessaire,  du maître achat ; qu’elles ont le droit d’avoir des envies mais que la satisfaction de certaines de ces envies doit, dans un juste mesure, se mériter. Et la tirelire peut aussi être sollicitée.

Et pour tout vous dire ou presque ,en 1963, mon beau-père, ingénieur de son état, eut besoin d ‘un nouveau "cartable". Belle maman qui n’achetait que de la qualité, décida que son fils unique méritait bien d’en recevoir un , lui aussi. (Il enseignait depuis quelques années déjà mais il venait de m’épouser, sans doute voulait-elle marquer le coup :-)) Ces deux cartables sont ici, à côté de moi, dans un coin du bureau. Ils ont bien rempli leurs tâches, ils ont juste besoin d’un petit coup de cire.

Celui de mon mari ( 30 ans de bons et loyaux services, le cartable, n'est-ce pas :-)) est prêt à reprendre le chemin de l’école, il a gardé la dernière éponge, le dernier frotteur et une réserve de craies de toutes les couleurs. Son unique défaut, il n’est plus à la mode, il n’est pas « griffé »…il n’a pas servi un pirate en devenir mais un « maître d ‘école » qui le regarde toujours avec émotion.

Et, bé, voilà la nostalgie, tiens ! En harmonie avec l’air du temps. Bon, c’est pas tout ça, il faut occuper ce dimanche pluvieux  alors, après le dîner( repas de midi pour nous , les Belges) , shampoing et bigoudis ou tarte aux nectarines ???



7 commentaires:

  1. J'espère que tu t'es fait belle et que tu as été gourmande aussi, je serais bien passée te voir pour prendre le thé avec toi...mais ce n'est pas la porte à côté !
    C'est dingue ce que tu racontes, mais c'est tellement vrai !!!
    bisous
    Bonne soirée
    Danielle

    RépondreSupprimer
  2. Toute ma jeunesse c'était pareil pas tant de fournitures et des choses qui duraient. Ce commerce de grande distribution est redoutablement efficace et il faut des nerfs d'acier aux parents pour ralentir la frénésie de la rentrée!

    RépondreSupprimer
  3. Ces deux cartables qui ont traversé bien des années, on aurait aimé les voir mais c'est indiscret peut-être, alors on va les imaginer.

    En passant, ici aussi (au Québec) le repas du midi, c'est le dîner et le repas du soir, c'est le souper.

    Bonne journée.

    Linda

    Linda

    RépondreSupprimer
  4. Décidément le Québec et la Belgique ont bien des points communs.Quant aux cartables, j'en aurais bien pris des photos mais mon retraité de mari, quand il ne dort pas, il est à l'affût et j'imagine sa tête en me voyant passer avec les cartables, les installer, faire une petite mise en scène. je l'imagine et je l'entends" Tu fais quoi avec mon cartable? des photos? ça va bien la tête? pourquoi des photos, ah, pour ton blog?? à quoi ça sert? J'en passe et des meilleures.." Alors des fois, je baisse les bras. J'avais préparé ma tarte , un petit tableau avec un morceau sur une assiette et que penses-tu qu'il arriva??? " Quoi la tarte?? bé, tu as mis un morceau pour moi sur une assiette!!!" La solution serait de l'envoyer se balader mais quand il pleut, j'ai une conscience, quand même :-)
    Bonne semaine, Linda.

    RépondreSupprimer
  5. et mademoiselle lili va-t-elle à la première de l'école primaire?

    RépondreSupprimer
  6. Mademoiselle Lili devra aller à l'école pour apprendre à être propre !!!!

    RépondreSupprimer

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...