Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

mardi 20 décembre 2016

Natures mortes?

 Cette jolie nappe bordée de dentelle et soigneusement pliée revient dans plusieurs de ses tableaux. La photo agrandie montre bien tous les détails les fines galettes roulées, les noisettes et les châtaignes dans la corbeille. Les deux "verreries" se distinguent à peine sur le fond sombre.


« Une authentique nature morte naît le jour où un peintre prend la décision fondamentale de choisir comme sujet et d'organiser en une entité plastique un groupe d'objets. Qu'en fonction du temps et du milieu où il travaille, il les charge de toutes sortes d'allusions spirituelles, ne change rien à son profond dessein d'artiste : celui de nous imposer son émotion poétique devant la beauté qu'il a entrevue dans ces objets et leur assemblage. »
— Charles Sterling, 1952.




Ces petites fleurs blanches se retrouvent aussi régulièrement: fleurs d'oranger?

Le terme n'apparaît qu'à la fin du xviie siècle. Jusque-là, seule l'expression « cose naturali » (choses naturelles) avait été utilisée par Giorgio Vasari pour désigner les motifs peints de Giovanni da Udine. En Flandre, vers 1650, apparaît le mot stilleven pour des « pièces de fruits, fleurs, poissons » ou « pièces de repas servis », ensuite adopté par les Allemands  (« Stilleben ») et par les Anglais (« still-life »), qui se traduirait par « vie silencieuse ou vie immobile ». En Espagne, l'expression relative aux natures mortes est « bodegón » qui dérive du terme bodega - lieu de rangement alimentaire - suivi d'un augmentatif.


La jolie nappe, les deux coupes aux dessins symétriques.


 Par extension, il désigne l'antichambre de cave de tavernes modestes et les natures mortes composées de récipients et d'aliments dans ce type de pièce. Le terme « nature morte » fait son apparition en France au xviiie siècle. Diderot, dans ses Salons, parle de « natures inanimées ».



Tomás Yepes, ou Hiepes, est un peintre espagnol né à  Valence vers 1595, et mort dans la même ville en 1674.
C'est une personnalité mal connue occupant une place à part dans l'histoire de la nature morte espagnole car il peint dans une tradition des premières décennies du siècle avec des compositions d'une rigoureuse symétrie

Ses œuvres sont datées à partir de 1642 comprennent des bouquets de fleurs, corbeilles de fruits, ustensiles de cuisine dans une technique ténébriste et une gamme de tons foncés, dont le style proche de celui d'Espinosa.



Fruits dans une vasque en Delft, fleurs et olives noires.




Bouquets variés: pavots, jasmins, oeillets...????

Personnellement, j'aime assez l'appellation still-life. 
Ces tableaux nous invitent à découvrir la vie telle que ces artistes la voyait avec toutes ses richesses.Les symboles sont nombreux .Il nous reste à regarder attentivement chaque détail et à déchiffrer leur signification.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...