Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

mardi 19 novembre 2013

Un nid vient d'éclore... in nid vint d'disclôre

In nid vint d’ disclôre !

In plin nid 
Q’aveut muchi sès-oûs dins l’ buk d’ène sô.
Dès bias-oûs, trèze al douzène, bin lûjants !
Dins l’âbe, lès djon.nes tchafîy’neut
Èt cavol’neut d’ène couche a l’ôte :
Ô d’zeûs, pa d’zous, a gôche, a dwète !
Qué chariguètes !

Un nid vient d'éclore 
Qui avait caché ses oeufs dans le tronc d'un saule.
De beaux oeufs, treize à la douzaine, bien brillants!
Dans l'arbre, les jeunes babillent
Et volettent d'une branche à l'autre :
Au-dessus, par en-dessous, à gauche, à droite!
Quels espiègles!


A mitan bleûwe, djône a mitan,
Èl mame èr’vint,  al vole,
Èyèt  lè v’la qui zoubèle  avou yeûs’ 
Ô d’zeûs, pa d’zous, a gôche, a dwète !
Èle leû moustère çouci…
Èle leû moustère çoula…
Dèvant d’lès  rachènér  pou l’bètchîye
Dins l’nid d’famîye !

A moitié bleue, jaune à moitié,
La mère revient, à la volée,
Et la voilà qui sautille avec eux,
Au-dessus, par dessous, à gauche, à droite!
Elle leur montre ceci..
Elle leur montre cela...
Avant de les rassembler pour la becquée
Dans le nid familial.


Bin ô r’cwè du soya, èl popa   tchante !
I tchante si bin an patwès  masindji.
Què c’èst-in vré pléji d’ èl choûtér.
Mins lès gnognots r’vèn’neut bin râde
Èt  ça tchafîye, èt  ça cavole, èt ça zoubèle
:ô d’zeûs, pa d’zous, a gôche, a dwète.
Èl sô  trîyane di toutes sès fouyes.
Sès couches ont dès frîsons  d’contint’mint.
Tout frum’jîye dins l’djardin!


Bien à l'abri du soleil, le père chante!
Il chante si bien en patois mésanger
que c'est un vrai plaisir que de l'écouter.
Mais les petits reviennent bien vite
Et ça bavarde, et ça vole et revole  et ça saute
Au-dessus, par dessous,à gauche, à droite.
Le saule tremble de toutes ses feuilles.
Ses branches ont des frissons de contentement.
Tout frémit dans le jardin

In nid vint d’ disclôre !


In nid d’ masindjes !
Pètit bouneûr a plomes ,
P’tit bouneûr d’ène séson,
Tchansons a mitan bleûwes,
Tchansons djônes a mitan.
Èl djârdin tout ètîr è-st-al choûte
Èyèt mi, sins moti,
Dj’m’aspôye a l’uch du Paradis.
  
Un nid de mésanges.
Petit bonheur à plumes,
Petit bonheur de saison.
Chansons à moitié bleues.
Chansons jaunes à moitié.
Le jardin tout entier est à l'écoute
Et moi,sans dire un mot,
Je m'appuie contre la porte du Paradis.

Danielle T. 


+ d’après un poème du poète flamand Guido Gezelle

Een meezennestje is uitgebroken,

""Dat, in den wulgentronk
Gedoken,
Met vijftien eikes blonk;......"""

Guido GEZELLE

 


 Je sais que ce texte n'est pas vraiment de saison 
mais..je viens de le retrouver sur une vieille disquette 
alors avant de le perdre à nouveau..



12 commentaires:

  1. Et moi qui croyais que les mésanges pondaient à l'automne, chez toi, naïve que je suis...
    Bisous, Danielle, il est bien beau, ce poème !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, moi, je fais tout à contre sens...merci ,Norma! BISES.

      Supprimer
  2. A moitié jaune, à moitié bleu, ça me plait ça !
    Pas de saisons pour la belle poésie;
    Très élégant le look de ton blog pour Noël.
    Gros bisous Danielle.
    Belle nuit.

    RépondreSupprimer
  3. merci, Mireille...le blog est en travaux...essais nucléaires en cours ;-))) belle nuit? Lili est malade elle est cachée sous le bureau depuis ce matin.Je ne sais pas lui donner son médicament...ah, les gosses à quatre pattes.
    BISES!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Melle Lili a reçu son vaccin et depuis elle me fuit!!! Elle avait mal le bas du dos, près de la queue et j'ai des anti inflammatoires à lui donner MAIS elle reste cachée sous la garde-robe...près du mur.. elle sort quand on est plus là....je ne sais pas lui donner son médicament et elle a fait, pour la première fois, une grosse réaction à son vaccin.....un enfant, c'est plus facile, tu le bloques, tu lui mets le suppositoire :-)) ou tu lui fais avaler son sirop...

      Supprimer
  4. Un poème à moitié jaune à moitié bleu !!! Une belle page ailée et envolée et miracle retrouvée !!!
    La chance au mitan de l' automne !!!
    Tiens, tu me fais penser qu'il faudrait que je leurs mette des boules de graines, demain...
    Beau mercredi au coin du feu ! Bises

    RépondreSupprimer
  5. Les oiseaux qui sont pour moi, des créatures d'innocence et surtout les mésanges, étourdis tant ils sont confiants dans la vie. Souvent, je les vois trottiner dans les gazon l'été ignorants tous les dangers.

    C'est un beau poème Danielle, sensible et heureux.

    Linda

    RépondreSupprimer
  6. Magnifique et touchant, Danielle, bravo ! Pas de saison, mais ce n'est pas grave ça ! lol On a eu le merveilleux plaisir de découvrir ce petit bijou de poésie et pour ça, il n'y a pas de saison, c'est quand tu veux ! lol
    Bisous et bon courage sous la neige, (c'est déjà tout blanc chez moi...Grrrr lol )

    RépondreSupprimer
  7. Pavarotti de la Tribu21 novembre 2013 à 22:06

    est-ce que tu peux inviter chez toi moi et mademoiselle Chipie la Bretonne? je crois qu'elle sait bien apprécier une partie de chasse aux mésanges avec un mur gentilchat comme moi qui le soir peut audssi chater des romances pour tute la famille! votre bon ami Pavarotti de la Tribu

    RépondreSupprimer
  8. Ah, il est ici ton poème, je le cherchais en vain sur ton autre blog! Tête de linotte que je suis...Je m'amuse à comparer les mots wallons avec les différentes langues que je connais, c'est si intéressant!
    Certains, comme "couche" pour branche est "extraterrestre".
    Je t'entends le dire, enfin, presque, il est fort beau, tout en couleurs.
    merci, bon weekend!

    RépondreSupprimer

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...