Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

jeudi 21 février 2013

Quand vient l'heure...



 en communion de pensées avec celles d'entre nous 
qui sont dans la peine.



« Dj’ é lèyi la l’ môjo  pôjêre
èt tèrmètant qu’ èle  s’èdôrmeut
dji seû- st-èvoye dins l’niût si l’djêre… ».
(D’après Auguste Marin)

J'ai laissé là la maison paisible  
et tandis qu'elle s'endormait, 
je m'en suis allé  dans la nuit si légère


C’ èst l’ eûre !


Pa


, c’èst l’ eûre…l’eûre qu’on sinteut qu’èle nos raguigneut dispûs in momint èt qu’on d’ aveut peû, tous lès deûs, chacun mér' seû dins no cwin. L’ eûre côp d’ vint…qui distint lès tchandèles, radjèle lès feus, èrtoûrne l’ in d’ dins dès boudènes èt skeût  lès keûrs djus d’alène.

Papa
C'est l'heure..l'heure dont on sentait qu'elle nous épiait depuis un moment et dont on avait peur, tous les deux, chacun seul dans son coin .L'heure coup de vent, qui éteint les chandelles, gèle les feux, retourne l'en-dedans de nos ventres et secoue les coeurs à court d'haleine.


C’èst l’ eûre,Pa
l’eûre di lèyî ridér lès mots…tous lès mots qu’ nos-avons rastènu, prîjonîs môgré yeûs' dèl tièstûwe bâye di no gâye…l’eûre di spèlér lès lètes qu’on n’a jamés voulu conète, bans’léyes di lètes  qu’ârît dit, si nos l’s-avîs choûtè , l’ ârdiè dès pléjis pârtadjis t’t-ossi bin qu’èl pèrfondeû  dès momints moûdreûs

 C'est l'heure, Papa...
l'heure de laisser glisser les mots, tous les mots que nous avons retenus prisonniers,malgré eux ,du joug têtu de notre  gorge , l'heure d'épeler les lettres que nous n'avons jamais voulu connaître, toutes ces lettres qui auraient dit, si nous les avions écoutées l'arc-en ciel des plaisirs partagés aussi bien que la profondeur des moments anxieux.

Pa, c’èst l’eûrel’eûre d’ al fin nos vîr, vous èyèt mi, come nos- astons vrémint…l’ eûre di r’conète qu’on s’a toudis vèyu vol’tî ,vous l’ mésse racène èyèt mi, l’ èrdjèton….. l’eûre di lèyî, al  fin, nos djèsses chûre , al dèlibèréye, l’ènondon d’ nos pinséyes…

Papa,c'est l'heure,.
 l'heure d'enfin nous voir, toi et moi, comme nous sommes vraiment, l'heure de reconnaître que nous nous sommes toujours aimés, toi la racine maîtresse et moi, le bourgeon..l'heure de laisser, enfin nos gestes suivre, librement, l'élan de nos pensées.

C’èst l’eûre, Pa,èl cène qui zûne come in souglout, qui ride freude , èglacéye, qui tchét èt sclate su l’ têre di vos racènes èt rachène, dins-in souspîr, toutes lès-imâdjes di vo vikâdje..

 C’èst l’heure, Papa... celle qui suinte comme un sanglot, qui glisse froide, glacée, qui tombe et s'éclate sur la terre de nos racines et qui rassemble, dans un soupir, toutes les images de ta vie.


Ôdjoûrdu ,dj’ é mès-ans, Pa, mins pour vous  , c’èst l’ eûre  du feu qui dispârpîye malvô lès pwènes èt lès bouneûrs, c’èst l’ eûre dès djoûs  mér' nus èt dèl  longue Vîye  sins couleûrs èt sins brûts…

 Aujourd'hui, j'ai mon anniversaire(*) Papa, mais pour toi, c'est l'heure du feu qui éparpille en pure perte les peines et les bonheurs, c'est l'heure venue des jours nus et de la longue Vie sans couleurs et sans bruits

 Danielle T.
texte protégé 
extrait de " Où vont-ils,  ceux qu'on aime, quand ils s'en vont?
(*) ce fut bien le cas, hélas. 

2 commentaires:

  1. Bien sûr je pense au papa de Marie-Paule et je pense au mien parti un 14 février ainsi que la maman d'Antoine et je pense à ma maman partie le 28.
    Que ce mois de février est long malgré son nombre de jours réduits. Il est temps pour moi qu'il s'arrête.
    Je t'embrasse Danielle. Douce journée

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des jours qu'on aimerait rayer du calendrier mais il faut aller de l'avant, la Vie est la plus forte..courage, mars se pointe à l'horizon..passe une bonne journée.grosses bises à toi.

    RépondreSupprimer

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...