Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

lundi 31 octobre 2011

Coings...coings


Persegada, cotognata, pâtes de coings 
ou comment occuper  le dernier dimanche d'un octobre flamboyant.

Des coings, bien entendu...que j'ai pelés ( la peau n'était pas très belle), coupés en quatre et mis à cuire doucement afin  d'enlever plus facilement les coeurs .
Découpés en morceaux, pesés et accompagnés d'une belle gousse de vanille et de leur poids en sucre fin , ils m'ont donné au bout de 45 minutes de cuisson cette belle pâte mordorée.
Croisons les doigts pour que cette pâte sèche   bien !
Dans quelques semaines , je pourrai la découper en petites  étoiles ou en petits  coeurs qui  accompagneront 
les salades folles au foie gras .
  

3 commentaires:

  1. Bravo ! Quel courage que je n'ai pas eu cette année alors si je passe par chez toi et que je sens cette odeur sucrée....

    RépondreSupprimer
  2. La pâte de coing, une friandise que je pourrais consommer à longueur de journée, j'adore ! Mais je n'en ai jamais fait faute d'avoir des coings, mais je me suis promis de planter un cognassier dans mes jardins, prochainement, c'est un si bel arbre au printemps, avec ses fleurs blanc rosé !

    RépondreSupprimer
  3. Ma pâte est bien réussie cette année..elle commence déjà à sécher.Je dois maîtriser ma gourmandise naturelle.
    Colibri...je n'ai pas de cognassier dans mon petit jardin...j'achète mes fruits sur le marché , d'abord , ils servent de décoration, ensuite ils passent à la casserole,:-)))

    RépondreSupprimer

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...