Comme un papillon, j'oublie le temps qui me reste et où la vie me conduit.Quelle importance, j'ai le coeur immense et le monde est petit. Ce qui compte, c'est d'avoir envie ( F.Gall)

Pour suivre au jour le jour..

vendredi 23 juillet 2010

Combien de fois...

Vermeer de Delft

Combien de fois mon cœur a-t-il bercé ce rêve,

ce rêve frais et doux comme un frisson d’été,

du geste attendri qui caresse et soulève

le voile blanc d’un berceau d’osier ?

Ô rêve fugitif combien de fois perdu,

évanoui, sans trace, à chaque aube nouvelle,

enfant que ma pensée a tant de fois conçu,

tu bourgeonnes aujourd’hui

à ma branche charnelle !

Car je te porte en moi, mon fruit de plénitude, ainsi qu’un feu nouveau, un été prometteur !

Emprisonnant ta vie en dessous de mon cœur,

je la façonne maintenant en douce certitude

et l’âme imbibée de joie et de lumière,

j’attends que tu viennes,

toi,

ma floraison plénière,

mon bel enfant aux cheveux de soie

enchâsser tout le bonheur du monde

sous mon toit !

Danielle T. (texte protégé) extrait de Féminitude.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

vol(s) de papillon

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...